Mises à jour


Mars 2020


L’IFPD a le plaisir de présenter aux intéressés sa sixième mise à jour mensuelle sur la phase 2 du projet des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN).

Téléchargez la mise à jour de Mars 2020


Alignement des données et données manquantes
  • Nous espérons que vous, vos familles, communautés et centres sont en santé.
  • L’IFPD a le plaisir de partagé le cadre pour la mesure des résultats peaufiné par les dirigeants des agences et nos experts.
  • En consultation avec l’APN, l’IFPD a conclu une entente de partage de données avec Services Aux Autochtones Canada (SAC) et a reçu une première série de données.  L’IFPD continue de collaborer avec une équipe chargée de nous fournir les données requises aux fins du projet.
  • N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires tout au long du projet.
  • En dépit de la situation en santé et économique à travers le pays, l’IFPD poursuivra ses travaux et continuera ses consultations au prêt des partis prenants en par téléphone, vidéoconférence, etc. pour maintenir une distance sociale. 

Votre agence n’a pas encore rempli le questionnaire, ou encore vous aimeriez vous renseigner sur la possibilité de faire l’objet d’une étude de cas?

Contacter l’IFPD ou téléchargez le questionnaire


Mesurer pour l’épanouissement

Aperçu

Le 21 février 2020, à l'Institut des finances publiques et de la démocratie (IFPD) à Ottawa, les dirigeants d’agence et les experts ont tenu une table ronde pour peaufiner un cadre de mesure basé sur les travaux menés en 2018 par les dirigeants des agences de services à l'enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN).

La vision initiale reconnaissait quatre composantes de bien-être : sécurité; bien-être de l’enfant; bien-être de la famille; bien-être de la communauté.

A picture containing sitting, book, holding, greenDescription automatically generated

Source : Une nouvelle vision pour les SEFPN, selon les experts et les dirigeants

d’agence (voir p. 78, Permettre aux enfants des Premières Nations de s’épanouir)

En s’appuyant sur cette vision commune pour l’épanouissement des enfants, des familles et des communautés des Premières Nations, les participants à la table ronde se sont efforcés de la convertir en un cadre de mesure prospectif intitulé Mesurer pour l’épanouissement (voir la version intégrale du cadre de mesure à l'Annexe 1).

Le cadre Mesurer pour l’épanouissement entend fournir aux agences de SEFPN un portrait des individus qu'elles servent et du contexte dans lequel elles évoluent pour favoriser la prise de meilleures décisions et, à terme, mieux éclairer les modèles de financement. Ce cadre est un outil permettant de mieux comprendre les communautés, et de faire en sorte qu'une agence dispose des ressources nécessaires pour combler les besoins de la population qu'elle sert. Mesurer pour l’épanouissement a pour vision d’encourager l’atteinte de meilleurs résultats, et non de mesurer le rendement individuel des agences. 

Commentaires exprimés
  1. Importance du contexte : Chaque agence et chaque communauté a une expérience et des besoins qui lui sont propres (milieu urbain, rural, éloigné, etc.). Le cadre de mesure doit avoir globalement une vision collective commune du bien-être.
  2. Caractère essentiel de la culture : La culture, la langue et le territoire sont des éléments essentiels de l'appartenance. Il importe que les enfants aient des occasions de tisser des liens avec leur communauté. Le cadre de mesure doit être appréhendé dans l’optique des pratiques culturelles, des traditions et des langues individuelles.
  3. La sécurité est un élément du bien-être : La sécurité ne constitue pas un objectif indépendant des SEFPN; c'est un élément important du bien-être global de l’enfant. La sécurité doit être une mesure intrinsèque au bien-être de l’enfant.
  4. Mesurer ce qui compte: Les agences de SEFPN reconnaissent l’importance de recueillir et d'utiliser leurs propres données significatives afin d’améliorer les processus décisionnels et les modèles de financement. Mesurer ce qui compte prendra du temps, et le raffinement de la méthode nécessitera une période d’essai et d'ajustement.
  5. Capacités requises : Les agences ont besoin de capacités internes et d’un soutien suffisant pour utiliser des méthodes de collecte et d'analyse de données qui reflètent leur réalité. Pour combler ce besoin, il faudrait désigner une tierce partie dépositaire des données qui serait impartiale et digne de confiance, et établir les ressources internes des agences.

La vision Mesurer pour l’épanouissement s'exprime au travers de trois éléments interdépendants : le bien-être des communautés, le bien-être des familles et le bien-être des enfants. La vision doit être abordée dans un esprit de bien-être holistique. À ce titre, elle se veut éclairée par les pratiques culturelles uniques, les traditions et les langues autochtones qui font partie intégrante du processus d’épanouissement des Premières Nations et de leurs communautés.

Mesurer pour l’épanouissement constitue une vision universelle. Peu importe où on réside, on peut s’entendre sur les indices primordiaux de l’épanouissement des communautés, des familles et des enfants. Même si la vision Mesurer pour l’épanouissement représente une expression du bien-être parmi les agences de SEFPN, chaque agence s’acquittera de son mandat dans le meilleur intérêt de la communauté qu'elle sert. Ainsi, malgré l’hétérogénéité de leurs besoins et de leurs approches d’exécution, et qu’elles desservent des secteurs éloignés, ruraux ou urbains ou qu’elles soient de grande taille ou de petite taille, les agences peuvent trouver une unité dans la quête du bien-être pour l’épanouissement des enfants, des familles et des communautés.

Idéalement, le cadre Mesurer pour l’épanouissement bénéficie d’un soutien solide et généralisé et, partiellement ou totalement, sert d’outil commun pour l’acquisition et le suivi des données parmi les agences de SEFPN recevant un financement fédéral. Comme proposé et convenu par les participants à la table ronde, il serait essentiel que les agences de SEFPN et leurs communautés transfèrent toutes les données récoltées par l’entremise de ce cadre à une tierce partie neutre, fiable et digne de confiance qui serait le dépositaire des données. Ces données demeureraient la propriété des agences de SEFPN et de leurs communautés. Pour aider les agences de SEFPN à recueillir et à utiliser les données, ainsi que pour héberger ces données en toute sécurité et les analyser, on pourrait recourir aux services d’un établissement tel que le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations (CGIPN), ou mettre sur pied au Canada une organisation semblable au Chapin Hall de l'Université de Chicago. Au fil du temps, avec l’accroissement du volume de données recueillies et analysées, ces données acquerraient une valeur prédictive de plus en plus grande qui en ferait un outil de planification utile.

Dans la situation actuelle des SEFPN, il y a un désalignement entre les politiques sociales et les ressources financières. Les recherches en politiques sociales, tout comme les agences de SEFPN, ont maintes fois souligné l’importance de privilégier les approches de soins préventives qui autonomisent les enfants, les familles et les communautés, plutôt que la prise en charge. Dans leur quête de bien-être pour leurs communautés, les agences des SEFPN ont adopté de nombreuses approches. Leur financement ordinaire présente toutefois des carences bien établies dans des domaines tels que la prévention, les immobilisations et les technologies de l'information. Cependant, la principale lacune était caractérisée sous le terme général de pauvreté dans le rapport de 2018 Permettre aux enfants des Premières Nations de s’épanouir, qui employait le mot « pauvreté » par euphémisme pour englober les difficiles contextes dans lesquels évoluent de nombreuses agences de SEFPN. Ces défis comprennent le mal-logement, le manque d'accès à l’eau potable et à Internet haut débit, etc.

Les agences des SEFPN ne fonctionnent pas en vase clos; elles sont influencées par les réalités concrètes des communautés qu'elles desservent. Pour étayer le bien-être des communautés, il faut s'assurer que les ressources financières correspondent à ces réalités. La mise en concordance des politiques et des ressources suppose que les individus, les processus et les données contribuent à l’exécution des activités et encouragent la reddition de comptes.

Idéalement, en tant qu'organisations actives parmi le réseau de services offerts dans leurs communautés, les agences de SEFPN devraient au premier chef investir dans les gens et collaborer pour favoriser - en paraphrasant un proverbe inuit - le développement d'êtres humains capables. L'inter-relationnalité est primordiale, car les individus qui ont un sens de la communauté se sentent globalement bien.

Dans le cadre Mesurer pour l’épanouissement, la communauté représente un réseau d'appartenance et de soutien; la famille est un groupe d’individus pouvant avoir des liens de sang et qui s’apportent un soutien mutuel quasi quotidien; l'enfant est une jeune personne qui chemine vers l'âge adulte.

Dans un état idéal, le modèle de financement des SEFPN aurait une base garantie de ressources de fonctionnement, complétée par un financement visant à prendre en compte les facteurs contextuels selon les besoins de chaque agence.

Les facteurs circonstanciels, comme la géographie et la pauvreté, peuvent être compensés par le financement. Les éléments opérationnels baignent dans une vision commune d’épanouissement des enfants, des familles et des communautés qui peut constituer la finalité commune des agences dans leur parcours de service.

Application du cadre

Chaque trimestre, on recueillerait des données sur les indicateurs du bien-être de l’enfant et de la famille, et les données sur le bien-être communautaire annuellement pour le cadre Mesurer pour l’épanouissement (voir l'Annexe 1). Ces données proviendraient de diverses sources, y compris les dossiers de cas des agences et des sources externes publiquement accessibles (Enquête régionale sur la santé, Statistique Canada, etc.). Aucune donnée ne permettra d'identifier les individus. Le cadre de mesure est conçu de manière à recueillir des informations sous une forme agrégée qui protège la vie privée des individus.

À mesure qu’une agence récolte les données, la tierce partie dépositaire chargée de l’épuration et de l'analyse accéderait aux données. Sur une base trimestrielle, des chercheurs de cette tierce partie rencontreraient les dirigeants de l'agence pour discuter de l'analyse et de ses éventuelles applications sur le terrain.

On ne s’attend pas à ce que la mise en place d’un système de collecte et de surveillance des données pour les agences de SEFPN se fasse sans heurts. Il y aura une période de transition qui donnera nécessairement lieu à des essais et à des raffinements. Afin d’obtenir une version optimale du cadre Mesurer pour l’épanouissement, il faudra certainement le réviser au fil de son utilisation. La mise à l’essai du cadre est l’unique moyen d'assurer qu'il reflète fidèlement les réalités des agences de SEFPN et de leurs communautés.

« On nous a ensevelis de recherches. Nous devons maintenant mener des recherches qui nous permettront de revoir la lumière du jour. »

Les agences de SEFPN ont l’occasion de mettre à profit l’information (données), le cœur (histoires) et les besoins en ressources (financement) de leurs communautés pour les appuyer. Le cadre Mesurer pour l’épanouissement comprend trois volets :

  1. Favoriser la prise de meilleures décisions par la collecte de données pertinentes alignées sur une vision commune;
  2. Assurer la collecte de données de bonne qualité, qui s’arriment aux réalités concrètes du terrain;
  3. Veiller à ce que les agences aient la capacité et le soutien dont elles ont besoin pour recueillir et analyser les données.

Collectivement, les volets du cadre peuvent encourager au sein des agences de SEFPN l’émergence d’une culture d'accomplissement où la mesure est un outil pour promouvoir un bien-être holistique, reposant sur les ressources nécessaires.


Annexe 1 – Mesurer pour l’épanouissement


Prochaines étapes
  1. Organiser une rencontre virtuelle en avril 2020 pour des dirigeants d’agences et des experts sur les approches de financement.
  2. Analyser les données sur les dépenses de SAC.
  3. Analyser les données partagées par les agences SEFPN et de développer les profiles pour les études de cas. 
  4. Modéliser les approches de financement.
  5. Entreprendre des recherches sur la transition organisationnelle avec considération des ressources requises.

Pour information

Il nous fera plaisir de vous fournir des renseignements supplémentaires sur le projet, ou de tenir des briefings individuels. Pour toute question relative au projet ou pour participer, veuillez communiquer avec :

Helaina Gaspard, Ph.D., Directrice de la gouvernance et des institutions
Institut des finances publiques et de la démocratie
helaina.gaspard@ifsd.ca
613-983-8461

Février 2020


L’IFPD a le plaisir de présenter aux intéressés sa sixième mise à jour mensuelle sur la phase 2 du projet des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN).

Téléchargez la mise à jour de Février 2020


Alignement des données et données manquantes
  • L’IFPD a organisé une table ronde sur la mesure des résultats visant l’épanouissement des enfants, des familles et des communautés des Premières Nations. Nous exprimons toute notre gratitude aux dirigeants des agences de toutes les régions et aux experts, dont la contribution et les judicieux conseils ont permis d’affiner la méthode de mesure proposée. Il nous fera plaisir de présenter cette méthode aux intervenants dans la prochaine mise à jour.
  • Nous sommes heureux de communiquer le fruit de nos recherches préliminaires sur les modèles de financement. Ces recherches donnent un aperçu des études de cas actuellement menées sur le ratio coûts-avantages des modèles de financement.
  • Le taux global de participation au questionnaire se situe maintenant à 48 %. Pour atteindre le seuil de 50 % pour toutes les provinces, nous avons besoin de la participation de quatre autres agences de l'Alberta, et d’une autre agence de l'Ontario. Nous touchons au but. S’il-vous-plaît, aidez-nous à obtenir une participation d’au moins 50 % dans chaque province/région, pour assurer une bonne représentation des agences. L’IFPD remercie toutes les agences qui ont participé, et demande à toutes celles qui n’ont pas encore répondu au questionnaire de le télécharger et de nous le retourner, dûment rempli, dès que possible.
  • L’IFPD continue de collaborer avec une équipe de Services aux Autochtones Canada (SAC) chargée de nous fournir les données requises aux fins du projet.
  • N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires tout au long du projet. 

Votre agence n’a pas encore rempli le questionnaire, ou encore vous aimeriez vous renseigner sur la possibilité de faire l’objet d’une étude de cas?

Contacter l’IFPD ou téléchargez le questionnaire


L'argent comme outil de changement

L’IFPD mène des recherches sur les modèles de financement de la mise à exécution des politiques et services en matière sociale. Il existe deux grands types de financement :

  1. Prospectif : les agences d’exécution reçoivent des paiements fixes pour fournir des services;
  2. Rétrospectif : les agences d’exécution sont remboursées pour des activités spécifiques.

Ces deux principaux types de financement recouvrent divers mécanismes de prestation des ressources aux agences. Pour les services à l'enfance et à la famille, divers mécanismes sont couramment employés : le paiement à l’acte; le financement global; les contrats basés sur rendement.

Comme pour toute question de politique, les mécanismes de financement font l’objet de compromis. Les garanties de ressources et la latitude d’exécution varient parmi les deux types de financement (et les mécanismes qui s’y rattachent) (voir la figure ci-dessous).

 

Les modèles de financement rétrospectif (p. ex. paiement à l'acte) offrent généralement de meilleures garanties sur le plan des ressources (puisque les activités financées sont clairement définies), mais tendent à restreindre la latitude d’exécution (car les activités finançables peuvent être limitées). Les modèles de financement prospectif (p. ex. financement global et contrats basés sur le rendement), en revanche, offrent généralement une plus grande latitude d’exécution (puisque les fournisseurs de services peuvent allouer les ressources selon les besoins), mais les fournisseurs de services doivent travailler en fonction de paramètres de ressources établis (l’obtention de ressources n’est pas nécessairement garantie).

Mécanisme de financement

Étude de cas

Description

Paiement à l’acte

Actuel mécanisme de financement des SEFPN

Les ressources nécessaires sont fournies par le paiement d’activités précises, selon leur coût unitaire ou la population desservie. Le financement peut être constant, mais la latitude d’exécution est limitée car le remboursement est défini pour les activités précises autorisées.

Financement global

Programme-pilote de financement du West Region’s Child and Family Services Centre

Les ressources sont allouées en fonction des données financières antérieures et des besoins. Un montant de financement fixe est alloué au fournisseur de services, qui détermine les meilleures façons de l’utiliser. Cette méthode encourage la souplesse, mais le fournisseur de services doit supporter le risque d’opérer dans les limites du montant fixe.

Contrats basés sur le rendement

Programme de protection de l’enfance de l’État du Tennessee

Les ressources sont déboursées en fonction de l’atteinte d’objectifs préétablis, qui sont définis selon le rendement antérieur du fournisseur de services. Cette approche encourage la latitude d’exécution mais oblige le fournisseur à satisfaire aux attentes pour toucher un financement. 

Il n’y a pas de modèle idéal de financement des politiques sociales, mais il existe des compromis acceptables qui aident les agences de SEFPN à servir au mieux les enfants, les familles et les communautés qui dépendent d’elles. En déterminant la combinaison optimale de ressources requises et en apprenant des leçons tirées d'autres cas et d’autres administrations, on sera mieux à même d’élaborer une approche fiable, centrée sur la vision commune que vous avez aidé à définir en vue de l’épanouissement des enfants, des familles et des communautés des Premières Nations.


Taux de participation - questionnaire

Nous sommes sur le point d'atteindre notre objectif d'une participation minimum de 50 % dans chaque province/région. Pour y arriver, il faudrait que quatre autres agences de l'Alberta, et une autre de l'Ontario, répondent au sondage. Plusieurs provinces ont très bien progressé depuis un mois, et plus particulièrement la Saskatchewan, qui a dépassé le seuil de 53 %. Mille mercis!  

Les données du questionnaire aideront l’IFPD à aligner l’argent sur les besoins dans l’élaboration du modèle de financement, et à regrouper plus précisément les agences pour modéliser les effets de la transition.

En partageant votre expérience, vous contribuez à rendre ce travail plus représentatif de la réalité vécue par votre agence. 


Prochaines étapes
  1. Continuer à élaborer des évaluations comparatives au sujet des modèles de financement basés sur les résultats.
  2. Finaliser le cadre de mesure révisé et les stratégies de collecte de données.
  3. Continuer à collaborer avec SAC au sujet de notre demande de données.
  4. Préparer la tenue, en avril 2020, de la table ronde de dirigeants d’agences de SEFPN et d'experts sur les modèles de financement.

Pour information

Il nous fera plaisir de vous fournir des renseignements supplémentaires sur le projet, ou de tenir des briefings individuels. Pour toute question relative au projet ou pour participer, veuillez communiquer avec :

Helaina Gaspard, Ph.D., Directrice de la gouvernance et des institutions
Institut des finances publiques et de la démocratie
helaina.gaspard@ifsd.ca
613-983-8461

Janvier 2020


L’IFPD a le plaisir de présenter aux intéressés sa cinquième mise à jour mensuelle sur la phase 2 du projet des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN).

Téléchargez la mise à jour de Janvier 2020


Alignement des données et données manquantes
  • L’IFPD continue d’œuvrer à peaufiner le cadre de résultats, en collaboration avec les agences et les experts. Une table ronde est prévue pour février 2020.
  • Pendant que se poursuit le travail sur les structures de données et l’alignement avec les résultats, nous nous efforçons de structurer un modèle de financement centré sur l’objectif de l’épanouissement des enfants, des familles et des communautés des Premières Nations. Nous étudions divers cas, dont celui du Tennessee, pour tirer des leçons de leur expérience.
  • Le taux global de participation au questionnaire se situe maintenant à 45 %. Pour atteindre un taux d'au moins 50 % pour toutes les provinces, nous avons besoin de la participation de cinq autres agences de l'Alberta et de deux autres agences chacune de la Saskatchewan et de l'Ontario. Nous touchons au but. S’il-vous-plaît, aidez-nous à obtenir une participation d’au moins 50 % dans chaque province/région, pour assurer une bonne représentation des agences. L’IFPD remercie toutes les agences qui ont participé, et demande à toutes celles qui n’ont pas encore répondu au questionnaire de le télécharger et de nous le retourner, dûment rempli, dès que possible.
  • L’IFPD continue de collaborer avec une équipe de Services aux Autochtones Canada (SAC) chargée de nous fournir les données requises aux fins du projet.
  • N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires tout au long du projet. 

Votre agence n’a pas encore rempli le questionnaire, ou encore vous aimeriez vous renseigner sur la possibilité de faire l’objet d’une étude de cas?

Contacter l’IFPD ou téléchargez le questionnaire


L'argent comme outil de changement

Fondamentalement, la budgétisation axée sur le rendement consiste à faire correspondre les dépenses aux résultats souhaités. L'argent peut servir d’outil pour encourager l’atteinte d’un résultat. En ce qui nous concerne, nous voulons que l'argent soit pour les agences un outil menant à l’épanouissement des enfants, des familles et des communautés des Premières Nations. 

Dans un monde idéal, les résultats désirés sont appuyés aussi bien par le montant du financement que par la façon dont l’argent parvient aux bénéficiaires. L’actuel système de services à l'enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN) incite à placer les enfants pour débloquer les fonds. Même s’il existe un financement pour les programmes et services axés sur la prévention, qui a été renforcé par les décisions du Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP), la structure du système de financement ne correspond toujours pas au besoin d’asseoir sur une approche préventive le financement des SEFPN.

Les agences et les intervenants ont clairement souligné que les dirigeants d’agences, au lieu de pouvoir compter sur un système de financement qui leur convient, doivent plutôt passer du temps à trouver des moyens de contourner le système actuel. L'IFPD reconnaît l'importance d'avoir un modèle de financement qui permet aux agences d'agir dans le meilleur intérêt des enfants et des familles. En examinant l’expérience acquise par d'autres administrations, l’IFPD mettra à profit les leçons tirées et les meilleures pratiques pour mieux éclairer l’élaboration d’une autre approche de financement pour les SEFPN au Canada.

Dans le domaine des services à l'enfance et à la famille, notamment aux États-Unis, divers modèles de budgétisation ont été adoptés pour favoriser le placement permanent des enfants pris en charge. Au Tennessee par exemple, l’octroi de contrats basés sur le rendement a amené les fournisseurs de services à se concentrer non plus sur les processus du système (comment les choses sont faites), mais bien sur l’obtention de meilleurs résultats pour les enfants (redevabilité quant aux résultats). 

L'IFPD a eu l'occasion de se familiariser avec le modèle du Tennessee de la bouche même des personnes qui l'ont conçu pour cet État. L'approche du Tennessee en matière de protection de l'enfance repose sur l’objectif d’une permanence dans un délai opportun pour les enfants (par la réunification familiale ou l'adoption). Réduire la durée de placement d'un enfant pris en charge permet d’améliorer les résultats pour l'enfant et d’abaisser les coûts afférents.

Pour atteindre cet objectif de permanence, le Tennessee a adopté un modèle d’octroi de contrat basé sur le rendement, qui incite financièrement les prestataires de services à favoriser le placement permanent des enfants et qui évalue les prestataires en regard de leur propre rendement. L'État paie pour un résultat, et il facture les fournisseurs qui n'atteignent pas les objectifs convenus. 

Le modèle d’octroi de contrat basé sur le rendement vise trois finalités essentielles :

  1. Réduire la durée de prise en charge des enfants;
  2. Accroître les taux de permanence;
  3. Réduire les taux de reprise en charge des enfants par le système de protection.        

Depuis sa mise en œuvre initiale en 2006, ce modèle s'est avéré à coût neutre pour l'État et a permis de réduire le nombre de prises en charge.

Le système de protection de l'enfance du Tennessee est composé de services de prise en charge par l'État, auxquels se greffe un réseau de fournisseurs qui assurent tous les services d'entretien, de placement, de soutien familial et de soins post-prise en charge ou de contact avec le système de protection de l'enfance.

Selon les données financières du programme, ce modèle encourage l’emploi de meilleures pratiques et assure une plus grande stabilité aux enfants en mettant l’accent sur le continuum de soins du Tennessee. Depuis la mise en place de ce modèle, le Tennessee a réinvesti plus d’argent (aux fournisseurs qui atteignent leurs objectifs) qu'il n'en a perçu en pénalités de la part des fournisseurs qui n’atteignant pas leurs objectifs. Après avoir combiné le modèle à une hausse du financement axé sur la prévention, le Tennessee a connu une diminution du nombre de prises en charge (qui est ensuite remonté quand une réorientation des dépenses publiques a amené une suppression de ces investissements en prévention).  

L'IFPD reconnaît qu'il n'y a pas de modèle unique pouvant être directement transposé aux contextes particuliers dans lesquels évoluent les agences de SEFPN et les communautés qu’elles servent. On ne prévoit pas adopter au Canada le modèle du Tennessee. Cependant, on peut tirer trois leçons utiles du cas du Tennessee quand on considère les modèles de financement.

Tout d'abord, le Tennessee a opéré un important virage dans son système de protection de l'enfance, qui privilégie dorénavant « l’achat de résultats plutôt que l’achat de lits ». Nous pouvons apprendre de l'expérience de transition vécue par le Tennessee en encourageant les fournisseurs qui sont prêts à s’adapter et en offrant des ressources et un soutien à ceux qui ont besoin de plus de temps pour s'ajuster au nouveau système. 

En second lieu, le Tennessee assujettit ses fournisseurs à une analyse auto-comparative. Dans l'introduction d'un nouveau système, comparer les activités des fournisseurs de services selon leur propre contexte et leurs propres pratiques peut s’avérer un point de départ utile. Le Tennessee demandait à ses fournisseurs de se surpasser eux-mêmes, et personne d'autre. Cette approche aide à reconnaître la diversité des contextes et des pratiques entourant les services à l'enfance et à la famille.

Troisièmement, le Tennessee a réussi à utiliser l'argent pour changer les résultats. Même si réduire le nombre d'enfants pris en charge ne constitue pas le même objectif que permettre l’épanouissement des enfants des Premières Nations, le fait que le Tennessee ait encouragé des changements de comportement chez ses fournisseurs de services s’avère une leçon utile pour les autres administrations faisant face au changement.

L’IFPD continuera de mener des évaluations d’entités comparatives ayant modifié leurs modèles de financement pour obtenir des résultats différents, par exemple l'expérience de financement global mise en place dans les années 2000 par West Region Child and Family Services.


Taux de participation - questionnaire

Nous sommes sur le point d'atteindre notre objectif d'une participation minimum de 50 % dans chaque province/région. Pour y arriver, il faudrait que cinq autres agences de l'Alberta, et deux autres agences chacune de la Saskatchewan et de l'Ontario, répondent au sondage. Plusieurs provinces ont très bien progressé depuis un mois, et plus particulièrement la Saskatchewan.  

Les données du questionnaire aideront l’IFPD à aligner l’argent sur les besoins dans l’élaboration du modèle de financement, et à regrouper plus précisément les agences pour modéliser les effets de la transition.

En partageant votre expérience, vous contribuez à rendre ce travail plus représentatif de la réalité vécue par votre agence. 


Prochaines étapes
  1. Continuer à élaborer des évaluations comparatives des modèles de financement basés sur les résultats.
  2. Se préparer à la tenue de la table ronde d’intervenants et d’experts, pour finaliser la cadre de rendement et les stratégies de collecte des données.
  3. Finaliser la participation des agences de SEFPN quant au remplissage du questionnaire et analyser les données qui y sont communiquées.
  4. Continuer à collaborer avec SAC au sujet de notre demande de données

Pour information

Il nous fera plaisir de vous fournir des renseignements supplémentaires sur le projet, ou de tenir des briefings individuels. Pour toute question relative au projet ou pour participer, veuillez communiquer avec :

Helaina Gaspard, Ph.D., Directrice de la gouvernance et des institutions
Institut des finances publiques et de la démocratie
helaina.gaspard@ifsd.ca
613-983-8461

Décembre 2019


L’IFPD a le plaisir de présenter aux intéressés ses mises à jour mensuelles sur la phase 2 du projet des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN).

Téléchargez la mise à jour de Décembre 2019


Alignement des données et données manquantes
  • À ce jour, 37 % des agences de SEFPN ont rempli le questionnaire. Les taux de participation en Saskatchewan, en Ontario et en Alberta sont faibles. Nous visons une participation d'au moins 50 % dans chaque province/région pour assurer la représentivité des agences. L’IFPD remercie toutes les agences qui ont participé jusqu’à maintenant, et demande à toutes les autres agences de télécharger le questionnaire et de le renvoyer, une fois dûment rempli, dans les meilleurs délais.
  • La version intégrale de la mise à jour jour présente un projet de cadre de résultats, qui prend appui sur l'objectif Permettre aux enfants des Premières Nations de s'épanouir défini à la phase 1. Ce cadre servira de point de départ pour le modèle de financement; nous invitons les agences à nous faire part de leurs commentaires.
  • L’IFPD continue de travailler avec Services aux autochtones Canada (SAC) au sujet de la demande d’information que nous avons formulée en août 2019 sur les dépenses de ce ministère
  • L’IFPD remercie toutes les agences qui ont accepté de faire l’objet d’études de cas et de collaborer régulièrement à ce projet. Il nous tarde d’aller vous visiter pour mieux connaître votre situation.
  • L’IFPD invite votre rétroaction sur ce projet. 

Votre agence n’a pas encore rempli le questionnaire, ou encore vous aimeriez vous renseigner sur la possibilité de faire l’objet d’une étude de cas?

Contacter l’IFPD ou téléchargez le questionnaire


Faible participation – questionnaire

Le cadre de rendement propose divers indicateurs permettant de saisir le degré d’avancement des quatre résultats sous-stratégiques définis dans la phase 1, Permettre aux enfants des Premières Nations de s’épanouir. Le tableau ici-bas présente de façon sommaire le lien qui unit l’objectif sous-stratégique, la mesure et les indicateurs, et aborde la faisabilité d’accéder aux données requises.

Vert

Faisable

Vert signifie que l’accès aux données est faisable, parce que les données sont déjà recueillies ou qu’elles pourraient facilement l’être par une agence.

Jaune

Relativement faisable

Jaune signifie que l’accès est relativement faisable. Même si les données ne sont pas du domaine public et ne sont vraisemblablement pas recueillies par les agences, la demande relève du mandat de l’agence, qui serait en mesure de recueillir les données.

Rouge

Difficile

Rouge indique une difficulté d’accès aux données, puisque leur collecte déborde le mandat habituel des agences et peut nécessiter la collaboration d’une tierce partie.

Sous-objectif

Axe de rendement

Mesure

Indicateurs

Sécurité

Protection

Protection contre toutes les formes de maltraitance

Récurrence de la maltraitance

Blessures graves/décès

Récurrence des problèmes de protection de l’enfance après la fourniture des services de protection courants

Blessures non accidentelles aux enfants

Abus sexuel des enfants

Permanence

État de la permanence

Taux de placement hors du foyer

Nombre de placements

Rapidité de la réunification familiale

Rapidité des adoptions

Placement hors du foyer

Pourcentage d’enfants placés dans la famille élargie et/ou des familles autochtones de leur communauté

Qualité de la relation entre le prestataire de soins et le jeune

Bien-être de l’enfant

Développement cognitif

Maturité scolaire

Pourcentage d’enfants de 3 et 4 ans participant à des activités financées d’éducation de la petite enfance

Résultats en littératie de base

Résultats en numératie de base

Résultats en littératie avancée

Intérêt envers la littératie/numératie et résultats aux tests de mémoire

Niveau de scolarisation

Résultats aux tests de littératie et de numératie (moyenne enfance)

Attitude positive envers l’école/l’apprentissage

Jeunes qui entendent faire des études secondaires à plein temps (collège, école de métiers, université)

Relations sociales

Soutien social et appartenance

Jeunes qui font état de relations positives avec leurs parents ou leur prestataire de soins

Jeunes ayant cinq amis intimes ou plus

Jeunes qui font état de relations positives avec leurs frères/sœurs et la famille élargie

Jeunes qui font état de relations positives avec des adultes de l’extérieur de la famille

Jeunes qui font état de liens solides avec des aînés de la communauté

Engagement social

Jeunes qui font état d’un certain degré d’engagement, de participation ou de contribution au sein de leur communauté

Jeunes qui participent à des activités extrascolaires

Bien-être psychologique et émotionnel

Comportement de l’enfant

Comportement d’anxiété ou de crainte

Comportement agressif

Hyperactivité et inattention

Compétence sociale

Habiletés de communication

Comportement prosocial et d’aide

Intelligence sociale (p. ex. coopération, résolution de conflit, confiance, intimité)

Bien-être subjectif

Bonheur/Satisfaction de vivre autodéclaré

Santé mentale autodéclarée

Estime

Sentiment d’avoir un but

Optimisme et espoir

Résilience

Confiance en soi

Capacité d’agir

Bien-être culturel et spirituel

Spiritualité

Sentiment d’appartenance à un groupe culturel

Fierté envers son identité autochtone

Sentiment de connexion avec le territoire

Participation aux pratiques/connaissances/cérémonies spirituelles 

Tradition

Parle la langue traditionnelle

Mange les mets traditionnels

 Santé et bien-être physiques

Santé physique générale

Faible poids à la naissance

Alimentation au sein pendant au moins six mois

Enfants vivant avec un handicap ou une maladie chronique

Habitudes saines

Habitudes alimentaires

Niveau d’activité physique

Habitudes de sommeil

Gestion des risques

Taux de maternité adolescente

Pourcentage ayant déclaré avoir consommé des drogues illégales durant le dernier mois

Pourcentage ayant déclaré fait une consommation massive d’alcool dans le dernier mois

Tabagisme au cours du dernier mois

Bien-être de la famille

Autosuffisance

Obtention d’emplois pour les parents et participation des parents à la population active

État de la population active

Titularisation/permanence du poste

Capacité de combler les besoins de base

Revenu du ménage suffisant pour combler les besoins de base : transport, logement et services publics, nourriture, habillement, garde d’enfants et autres dépenses essentielles

Santé familiale et facteurs de protection

État de santé physique des parents ou des prestataires de soins

Conditions chroniques

Habitudes de sommeil

Consommation de drogue (alcool, tabac, drogues illégales, médicaments d’ordonnance)

État de santé mentale des parents ou des prestataires de soins

Santé mentale autodéclarée

Symptômes d’anxiété et de dépression

Pensées de suicide/mutilation

Facteurs de protection familiale

Résilience parentale

Liens sociaux

Connaissance du développement parental et infantile

Soutien concret dans les moments de besoin

Parentage développemental et attachement

Bien-être de la communauté

Satisfaction des besoins de base

Accès à l’eau potable

Nombre d’avis d’ébullition de l’eau à long terme visant les réseaux d’approvisionnement en eau des Premières Nations

Accès à un logement adéquat

Pourcentage de logements adéquats

Pourcentage de logements nécessitant des réparations majeures

Accès à la connectivité haut débit

Pourcentage de logements branchés à Internet

Infrastructure communautaire

Présence d’un point de rassemblement communautaire, d’un centre de santé, d’une école primaire, d’un lieu ou d’un équipement de loisirs

Seuil de pauvreté global

Revenu médian des ménages par rapport au seuil de pauvreté provincial ou national

Services de santé mentale et de counselling

Services à l’enfance et à la famille/services sociaux

Services de santé et services médicaux

Soins de répit

Transport et hébergement (rendez-vous médicaux et non médicaux

Sécurité publique et santé communautaire

Santé et sécurité

Taux de tentatives de suicide déclarées

Taux de consommation massive d’alcool déclarée

Taux de consommation de drogue déclarée

Taux d’indice de masse corporelle

Taux de troubles de santé chroniques

Taux de criminalité violente

Niveau de scolarisation

Taux de diplomation secondaire

Taux de scolarisation postsecondaire

L’IFPD vous invite à lui faire part de vos commentaires sur l’alignement des données et des indicateurs. Il nous fera plaisir de continuer à raffiner ce cadre avec les parties concernées.

Au-delà de la disponibilité des données, il y a des points à considérer en ce qui concerne leur accessibilité et le niveau de détail suffisant pour permettre une analyse. Les données accessibles au public sont généralement disponibles (par exemple sur le logement ou l’accès à l’eau potable) mais sous une forme agrégée, qui en limite l’applicabilité à la prise de décisions dans des domaines particuliers. Il peut exister des données granulaires au niveau de l’agence ou de la Première Nation individuelle, mais elles ne sont pas toujours facilement disponibles, comparables ou récoltées de façon uniforme (perte de séries chronologiques).

Le diagramme préliminaire ci-dessous trace les indicateurs du cadre de rendement selon leur accessibilité et leur granularité dans l’état actuel. Pour une grande majorité des indicateurs, les données sont accessibles mais insuffisamment granulaires (quadrant inférieur droit). Cela indique que malgré l’existence de données agrégées au niveau d’une Première Nation, d’une province ou d’une région, ces données ne présentent pas nécessairement un niveau de détail suffisant pour mesurer l’indicateur défini dans le cadre de rendement. Par exemple, il peut exister des données au niveau de la Première Nation sur l’abus d’alcool et de drogue (pour l’évaluation de l’indicateur de gestion des risques), mais les données ne sont pas nécessairement disponibles pour chaque enfant. Même lorsque les données individuelles ne sont pas communiquées, il s’agit d’un paramètre de mesure interne utile pour étayer la prise de décisions dans l’agence et pour la planification touchant pour l’enfant et la famille. Le décalage entre l’accessibilité et la granularité n’est pas insurmontable. Il nécessite une intervention de l’agence, avec les ressources nécessaires.

Pour les indicateurs figurant dans le quadrant supérieur droit, les données sont à la fois accessible et suffisamment granulaires. La plupart de ces données concernent la sécurité des enfants, puisqu’on s’attend à ce que les agences recueillent déjà ces informations au niveau de chaque enfant pour leurs dossiers de cas. Même si ces données ne sont pas rendues publiques au niveau de l’individu, les données agrégées constitueront vraisemblablement une source d’information fiable permettant d’évaluer les résultats globaux pour les enfants et les familles dans une communauté. Certaines données au niveau communautaire sont également incluses, puisqu’on peut y accéder à partir de sources publiques au niveau de la Première Nation. Ces données portent notamment sur l’adéquation des logements et l’accès à l’eau potable, afin de répondre à certains indicateurs. Les deux indicateurs de bien-être communautaire reliés aux infrastructures ainsi qu’aux services de santé et aux services sociaux, dans le coin inférieur gauche, sont jugés à la fois insuffisamment granulaires et insuffisamment accessibles parce que les données requises n’existent généralement pas. Il appartiendrait à chaque communauté ou agence individuelle de recueillir ou de produire ces données.

Pour aider à combler les lacunes de données et assurer la pertinence des données pour le cadre de résultats proposé, il faudra recueillir et analyser un mélange de données existantes et de nouvelles données.

Les agences pourraient en profiter pour standardiser la cueillette des données pertinentes dont elles ont besoin afin de soutenir la planification, de faciliter la prise de décisions et d’étayer l’alignement des activités et des ressources pour le mieux-être des enfants, des familles et des communautés.

Au cours des prochains mois, l’IFPD se fera un plaisir de communiquer un cadre de données sur lequel les agences pourraient s’appuyer pour saisir leurs propres informations.


Écarts de participation - questionnaire

Le Manitoba et la Colombie-Britannique ont atteint le seuil de participation de 50 %, qui a été dépassé par la région de l’Atlantique (55 %). La Saskatchewan a plus que doublé son taux de participation en moins de quatre semaines; l’IFPD lui en est très reconnaissant. Pour atteindre le taux cible de participation fixé à 50 % par région, nous demandons aux agences de l’Alberta, de l’Ontario, de la Saskatchewan et du Québec de remplir le questionnaire, si elles ne l’ont déjà fait.

L’information tirée du questionnaire aidera l’IFPD à faire en sorte que le processus d’élaboration du modèle de financement soit davantage aligné sur les besoins, et à regrouper de manière plus exacte les agences pour modéliser les effets de la transition.

En partageant votre expérience, vous rendez ce travail plus représentatif et plus fidèle de la réalité de votre agence.


Prochaines étapes
  1. Finaliser le remplissage du questionnaire par les agences de SEFPN et analyser le contenu des réponses.
  2. Continuer à cerner et à acquérir les données sur les dépenses fédérales qui permettent de brosser clairement le tableau des allocations et des dépenses.
  3. Continuer à affiner le cadre de résultats et les évaluations comparatives des modèles de financement axés sur les résultats.

Pour information

Il nous fera plaisir de vous fournir des renseignements supplémentaires sur le projet, ou de tenir des briefings individuels. Pour toute question relative au projet ou pour participer, veuillez communiquer avec :

Helaina Gaspard, Ph.D., Directrice de la gouvernance et des institutions
Institut des finances publiques et de la démocratie
helaina.gaspard@ifsd.ca
613-983-8461

Novembre 2019


L’IFPD a le plaisir de présenter aux intéressés ses mises à jour mensuelles sur la phase 2 du projet des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN).

Téléchargez la mise à jour de Novembre 2019


Principaux faits nouveaux
  • À ce jour, 37 % des agences de SEFPN ont rempli le questionnaire. Les taux de participation en Saskatchewan, en Ontario et en Alberta sont faibles. Nous visons une participation d'au moins 50 % dans chaque province/région pour assurer la représentivité des agences. L’IFPD remercie toutes les agences qui ont participé jusqu’à maintenant, et demande à toutes les autres agences de télécharger le questionnaire et de le renvoyer, une fois dûment rempli, dans les meilleurs délais.
  • La version intégrale de la mise à jour jour présente un projet de cadre de résultats, qui prend appui sur l'objectif Permettre aux enfants des Premières Nations de s'épanouir défini à la phase 1. Ce cadre servira de point de départ pour le modèle de financement; nous invitons les agences à nous faire part de leurs commentaires.
  • L’IFPD continue de travailler avec Services aux autochtones Canada (SAC) au sujet de la demande d’information que nous avons formulée en août 2019 sur les dépenses de ce ministère
  • L’IFPD remercie toutes les agences qui ont accepté de faire l’objet d’études de cas et de collaborer régulièrement à ce projet. Il nous tarde d’aller vous visiter pour mieux connaître votre situation.
  • L’IFPD invite votre rétroaction sur ce projet. 

Votre agence n’a pas encore rempli le questionnaire, ou encore vous aimeriez vous renseigner sur la possibilité de faire l’objet d’une étude de cas?

Contacter l’IFPD ou téléchargez le questionnaire


Faible participation – questionnaire

Le bref questionnaire (sept questions) vise à recueillir des renseignements de base sur le financement des agences de SEFPN (p. ex. dépenses totales, financement demandé dans la foulée des ordonnances du TCDP) et sur leurs pratiques de rendement. Le questionnaire consiste essentiellement en des réponses à cocher.

L’information récoltée grâce au questionnaire aidera l’IFPD à mieux aligner le processus d’élaboration d’un modèle de financement sur les besoins, et à regrouper plus précisément les agences pour modéliser les effets de la transition.

Au cours de la phase 1, le sondage de plus de 100 questions a suscité un taux de participation de 76 %. Le taux global de participation au bref questionnaire de sept questions pour la phase 2 n’est actuellement que de 37 %. À des fins de représentativité, l’IFPD vise une participation d’au moins 50 % pour chaque province/région. En partageant votre expérience, vous faites en sorte que ce travail représente et reflète plus fidèlement la réalité de votre agence.  Nous encourageons tous les agences de compléter ce questionnaire.


Cadre de résultats

Le cadre de résultats a pour but d’inverser la structure actuelle, en commençant par définir l’objectif final (l’épanouissement des enfants des Premières Nations) pour ensuite élaborer un modèle de financement qui soit axée sur ce résultat.

Le tableau ci-dessous donne une idée générale de l'objectif global, de la façon dont on peut l'atteindre et de la manière dont les agences peuvent suivre les progrès réalisés. 

L’IFPD vous encourage de nous faire part de vos commentaires pour améliorer le cadre de résultats.

 

Résultat stratégique : L’épaouissement des enfants des Premières Nations

L’objectif global, auquel toutes les activités contribuent

Résultats sous-stratégiques

Axes d'intervention à privilégier pour atteindre le résultat stratégique

Sécurité

Les enfants sont

à l’abri des sévices et leur situation de vie se pérennise

Bien-être de l'enfant

Les enfants atteignent leur plein potentiel de développement et ont un sentiment d’espoir, d’appartenance, d’avoir un but et un sens

Bien-être de la famille

Les familles bénéficient d'un environnement sûr et stable, propice à l’établissement de relations saines

Bien-être de la communauté

Les communautés disposent d'infrastructures et de services adéquats, elles ont de la résilience et un sentiment d'appartenance qui assurent la sécurité, la stabilité et le bien-être collectifs

Axes de rendement

Lentilles à travers lesquelles on peut comprendre le progrès accompli vers les résultats sous-stratégiques

  • Protection       
  • Permanence       
  • Développement cognitif       
  • Relations sociales       
  • Développement psychologique et émotionnel
  • Développement culturel et spirituel       
  • Bien-être physique
  • Autosuffisance       
  • Facteurs de santé et de protection de la famille
  • Satisfaction des besoins essentiels
  • Lacunes dans les services à la communauté
  • Sécurité publique et santé communautaire

Mesures

Moyens d'évaler le progrès dans les axes de rendement

  • Protection contre toutes les formes de maltraitance
  • Soins d’urgence en santé mentale
  • Permanence
  • Soins hors domicile
  • Scolarisation
  • Soutien social et engagement
  • Comportement et bien-être mental et social de l’enfant
  • Spiritualité et tradition       
  • Santé physique générale, habitudes saines et gestion des risques
  • Emploi des parents
  • Capacité à satisfaire les besoins fondamentaux
  • Santé physique et mentale des aidants
  • Facteurs de protection de la famille       
  • Accès à l'eau potable, logement, large bande et infrastructure communautaire
  • Niveau de pauvreté       
  • Lacunes dans les services sanitaires et services sociaux
  • État de santé physique et mentale de l’ensemble de la communauté

Exemples d'indicateurs-clés de rendement

La variable mesurée

  • Récurrence de la maltraitance       
  • Nombre de placements
  • Sentiment d'appartenance à un groupe culturel
  • Résultats en lilttératie et numératie
  • Jeunes qui font état de relations positives avec les parents, les amis et les aînés
  • Durée d’occupation d’un emploi et permanence d’emploi pour les parents
  • Santé physique et mentale autodéclarée
  • Parentage développemental et attachement
  • Nombre d'avis d’ébullition de l’eau
  • Revenu médian des ménages
  • Taux de tentatives de suicide


Prochaines étapes
  1. Finaliser le remplissage du questionnaire par les agences de SEFPN et analyser le contenu des réponses.
  2. Continuer à cerner et à acquérir les données sur les dépenses fédérales qui permettent de brosser clairement le tableau des allocations et des dépenses.
  3. Continuer à affiner le cadre de résultats et les évaluations comparatives des modèles de financement axés sur les résultats.

Pour information

Il nous fera plaisir de vous fournir des renseignements supplémentaires sur le projet, ou de tenir des briefings individuels. Pour toute question relative au projet ou pour participer, veuillez communiquer avec :

Helaina Gaspard, Ph.D., Directrice de la gouvernance et des institutions
Institut des finances publiques et de la démocratie
helaina.gaspard@ifsd.ca
613-983-8461

Octobre 2019


L’IFPD a le plaisir de présenter aux intéressés ses mises à jour mensuelles sur la phase 2 du projet des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN).

Téléchargez la mise à jour de Octobre 2019


Principaux faits nouveaux
  • L’IFPD a repoussé au 6 novembre 2019 la date limite pour remplir le questionnaire. Si ce n’est déjà fait, les agences de SEFPN sont invitées à remplir ce bref questionnaire et à nous le renvoyer par courrier électronique.
  • Comme suite à la demande présentée en août 2019, Services aux autochtones Canada nous a communiqué quelques informations de base sur les dépenses consacrées aux programmes de SEFPN. Pour le reste des informations, le processus suit son cours.
  • L’IFPD invite d’autres agences de SEFPN à se joindre à celles qui ont déjà accepté de faire l’objet d’études de cas et de collaborer régulièrement au projet. C’est là une occasion unique de partager vos expériences et de mieux éclairer les travaux visant l’élaboration d’un modèle de financement. 

Votre agence n’a pas encore rempli le questionnaire, ou encore vous aimeriez vous renseigner sur la possibilité de faire l’objet d’une étude de cas?

Contacter l’IFPD


État actuel des dépenses de Services aux Autochtones Canada (SAC)

L'IFPD a soumis à SAC une demande de données en août 2019. Certaines informations de base ont été fournies (et d'autres sont en voie de l’être). Selon les données fournies par SAC :

  • Les dépenses allouées aux programmes de SEFPN sont à la hausse depuis 2014-2015, avec une importante augmentation entre 2017-2018 et 2018-2019.

  • Au fil du temps, ce sont le Manitoba, l'Ontario et l'Alberta qui ont reçu les plus importants transferts totaux au titre des programmes de SEFPN.

  • Pour ce qui est du financement supplémentaire ordonné par le TCDP, ce sont les agences basées en Ontario ont reçu le plus d’argent.

  • Les agences desservant au moins une communauté inaccessible par route toute l’année touchent des transferts supérieurs à ceux des agences qui couvrent des communautés accessibles toute l’année (uniquement à partir des agences identifiables dans les données de SAC).

Aimeriez-vous que votre agence soit considérée comme sujet d’une étude de cas?

Outre le questionnaire, l’’IFPD souhaite la collaboration assidue d’environ une douzaine d’agences de SEFPN, et de deux communautés non desservies par une agence. Ces agences aux caractéristiques diversifiées (emplacement géographique, taille, etc.) serviront de cas représentatifs pour le projet. Tout au long du projet, les agences et communautés participantes collaboreront étroitement avec l’IFPD pour évaluer et mettre à l’essai les modèles et les cadres élaborés.

Votre agence n’a pas encore rempli le questionnaire, ou encore vous aimeriez vous renseigner sur la possibilité de faire l’objet d’une étude de cas?

Contacter l’IFPD


Prochaines étapes
  1. Finaliser le remplissage du questionnaire par les agences de SEFPN.
  2. Regrouper et analyser les données obtenues grâce au questionnaire, une fois atteint un taux de participation d'au moins 30 %.
  3. Continuer à cerner et à acquérir les données sur les dépenses fédérales qui permettent de brosser clairement le tableau des allocations et des dépenses.
  4. Achever de constituer le groupe d’agences qui feront l’objet d’études de cas et collaboreront étroitement avec l’IFPD tout au long de cette phase.
  5. Mettre à profit les expériences de divers experts et administrations aux États-Unis, par exemple l’État du Tennessee ou Chapin Hall (Université de Chicago), afin de dégager les leçons et les pratiques pouvant guider l’élaboration d’une approche holistique de protection de l'enfance. Aucun modèle en particulier ne sera transféré en bloc, mais nous pouvons apprendre de ce qui a fonctionné, et de ce qui n'a pas fonctionné, dans d’autres administrations. Toute approche devra tenir compte des pratiques culturelles et de l’objectif de bien-être holistique.
  6. Continuer à affiner l'architecture de rendement et les évaluations comparatives des modèles de financement axés sur les résultats. 

Pour information

Il nous fera plaisir de vous fournir des renseignements supplémentaires sur le projet, ou de tenir des briefings individuels. Pour toute question relative au projet ou pour participer, veuillez communiquer avec :

Helaina Gaspard, Ph.D., Directrice de la gouvernance et des institutions
Institut des finances publiques et de la démocratie
helaina.gaspard@ifsd.ca
613-983-8461